Soins énergétiques à distance
Chrystel Rieder et Nathalie Hirt
Consultations -Formations - Conférences
Vies antérieures des animaux
Communication animale
Animaux perdus

Sensibilité animale

Cliquez ici pour modifier le sous-titre

Communication animale

Même si une communication seule peut parfois apporter certaines des réponses souhaitées, cela n’est hélas pas toujours le cas, c’est pourquoi il est très fortement conseillé de la combiner avec un autre type de soin, afin d'obtenir des résultats plus durables et consistants.

Parfois, parler ou donner un ordre ne suffit pas…

Par exemple, si vous savez que vous avez mal à la tête, vous connaissez le problème, certes, mais cela ne suffira pas pour que votre mal disparaisse, il faudra prendre un médicament ou un remède pour vous aider à aller mieux. Il en va de même pour les animaux : il ne suffit pas de leur dire : « Ne fais pas pipi ici ! ». Ils ont besoin de comprendre pourquoi ils font pipi ici et pas là, et ils doivent lâcher prise de la racine de leur comportement qui les conditionne à agir de telle ou telle manière.



Exemple d'un cas traité :
Carotte, la lapine boudeuse

Lapin, carotte, bouder, communication animale

Cindy, une patiente, avait adopté une vieille lapine qui avait de l’arthrose. Un jour, cette patiente m’a appelée pour m’indiquer qu’elle s’inquiétait car Carotte était dans son coin et n’avait pas bougé de toute la journée, alors que d’ordinaire, Carotte aimait bouger et se balader dans la maison… Cindy lui avait pourtant donné un médicament anti-douleur contre l’arthrose, pensant que la lapine souffrait de ses articulations. Mais cela n’avait pas suffi. Cindy avait peur que Carotte ait fait une crise quelconque dû à son âge, qu’elle soit devenue paralysée ou autre, et, paniquée, elle m’avait contactée pour communiquer avec la lapine.

En me connectant à Carotte, cette dernière m’a dit qu’elle était fâchée parce qu’elle n’était pas sortie, et que ce n’était pas juste, qu’une promesse est une promesse. Lorsque j’ai donné l’extrait de la communication à Cindy, elle a réfléchi, puis m’a confié qu’il y a deux jours en arrière, elle avait sorti Carotte dans le jardin pour la première fois. Carotte avait beaucoup apprécié la petite balade. Le lendemain, du fait qu’il pleuvait, Cindy avait empêché Carotte de sortir, mais en lui promettant qu’elle prendrait un moment pour la faire sortir le lendemain… Et le lendemain (qui correspondait à aujourd’hui), Cindy avait complètement oublié ceci, et, prise dans ses activités, elle n’avait pas sorti Carotte… Et c’est pour cette raison que Carotte boudait…

Après avoir raccroché le téléphone, Cindy a pris Carotte un moment pour la faire sortir dans le jardin. Et là, Carotte avait soudain retrouvé toute sa vivacité et sa joie de vivre, sautillant gaiement partout dans la jardin, comme si elle n’avait jamais eu d’arthrose…